Brésil : une année difficile pour les producteurs

Malgré une année 2021 particulièrement compliquée pour le Brésil, les producteurs de café d'Assofé dont nous sommes partenaires restent mobilisés et continuent de s'investir dans de nouveaux projets pour avancer quoiqu'il arrive.

 

Des événements impactants pour les productions caféières brésiliennes

L'année 2021 est pour le Brésil une année particulièrement compliquée. L’épidémie de covid 19 a déjà causé le décès de plus d’un demi-million de personnes, et les contestations sociales se multiplient. Le gouvernement de Jair Bolsonaro est en effet fortement critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire (Source : le monde), mais également pour ses choix de démantèlement de la politique environnementale du pays depuis son élection en 2018 (Source : courrier international).
Comme si cela ne suffisait pas, le pays a connu une grave sécheresse sur toute l’année 2021, engendrée entre autres par le phénomène climatique de la Nina (Source : le Monde). Le gouvernement estime qu’il s’agit de l’une des pires sécheresses du pays depuis environ 1 siècle ! Cette sécheresse inédite a entraîné une répercussion directe sur le cours mondial du café en juin, au début de la nouvelle campagne de récolte. Le manque d’eau affecte en effet directement les niveaux de rendements du café pour l’année 2022. 
Le 23 juillet, un autre épisode climatique a impacté les principales régions caféières brésiliennes (Parana, Sao Paulo et le Minas Gérais). Une vague de froid a sévèrement endommagé les plantations qui ont été brûlées par le gel, compromettant encore plus les prévisions de récolte de l’année prochaine. Cela a été la pire vague de froid enregistrée depuis 30 ans. En réaction à cet épisode climatique, le cours de l'arabica a augmenté de plus de 25% en l'espace d'une journée atteignant son plus haut niveau depuis 2014 (plus de 4400$/t). Le lendemain, nous avons reçu des photos des parcelles des caféiculteurs d'Assofé, notre association partenaire dans le Minas Gerais au Brésil. Les parcelles de plusieurs agriculteurs ont été intégralement détruites. Aux dernières nouvelles, le 30 juillet, Assofé attendait un soutien du gouvernement local pour évaluer la perte de chacun des producteurs associés.
A l'échelle du pays, les premières estimations indiquent une diminution de 4 à 6 millions de sacs pour la prochaine récolte.

Comment notre partenaire Assofé s'est adapté dans ce contexte difficile ?

Début juillet, l’équipe d’Assofé a partagé avec nous les nouveaux projets qu’ils avaient réussi à mener cette année. Nous avons été très impressionnés par la motivation, l’engagement, et le courage des producteurs pour continuer à avancer quoiqu’il arrive.

  • Tout d’abord, Assofé a financé des équipements informatiques à 20 familles membres, afin de leur permettre de communiquer et de se former à distance.
  • L’association a commencé la construction d’un entrepôt de collecte du café (capacité de 17000 sacs). Jusqu’à présent, l’entreposage des cafés avant export est sous-traité à des entreprises spécialisées. L’objectif du projet est de mieux contrôler l’ensemble du flux de café et de construire un laboratoire de dégustation pour que les producteurs puissent s’auto-évaluer et améliorer ainsi la qualité des cafés.
  • Enfin, des formations au maraîchage ont été données aux familles intéressées pour renforcer leur sécurité alimentaire.

Les primes de développement que nous versons à chaque achat de café auprès d’Assofé ont contribué au financement de ces projets. Nous espérons pouvoir nous rendre au Brésil d’ici la fin de l’année, afin d’étudier avec eux des pistes d’itinéraires techniques à tester pour rendre les plantations plus résilientes aux épisodes climatiques, par exemple en développant la plantation d’arbres dans les parcelles de cafés.

Dotation d'équipements informatiques de familles membres de la coopérative Assofé
Un nouvel entrepôt verra le jour prochainement pour la collecte du café et l'entreposage des sacs afin de contrôler les flux, faire un labo de dégustation et améliorer ainsi la qualité du café.
Des formations au maraîchage pour renforcer la sécurité alimentaire
Partager :

Le vocabulaire du café

> Consulter le lexique du café