Au cœur des origines

Brésil : le choix d'un café issu de fermes familiales

Maud responsable achats Café Vert et relations producteurs

Ingénieure agronome, diplômée SCA, spécialisée sur les thématiques d’approvisionnement responsable, Maud assure le sourcing de Lobodis en café vert et  coordonne les projets d’amélioration des pratiques agricoles sur les plans sociaux et environnementaux avec les acteurs des filières dans 12 pays producteurs. Sélection des terroirs, rencontres avec les producteurs, dégustation des cafés, des missions qu’elle mène avec enthousiasme pour vous offrir la meilleure tasse !

SourcingProjets

Premier producteur de café mondial, le Brésil est une origine incontournable. On retrouve ses arabicas et ses robustas dans la majorité des blends que nous connaissons. Les cafés brésiliens proviennent en général de grandes plantations. Les plus grandes d’entre elles produisent chaque année l’équivalent de la récolte entière de la Bolivie ! Chez Lobodis, nous avons fait le choix de travailler auprès de producteurs familiaux dans le Minas Gerais. (Source: https://www.coffeehunter.com/coffee-country/brazil/) 

Une association de producteurs soudés dans le Sul de Minas

L’association de producteurs ASSOFE se situe dans la région caféière Sul de Minas, à proximité de la ville de Botelhos. Créée dans les années 90, l’association regroupe une cinquantaine d’agriculteurs. Ceux-ci cherchent à se différencier des grosses plantations brésiliennes en proposant des cafés premium issus de fermes familiales de moins de 15 ha. Un de leurs engagements, par exemple, est de poursuivre la cueillette manuelle - pratique de moins en moins répandue au Brésil où 27% de la production est issue d’une cueillette entièrement mécanisée (Source : Instituto Brasileira de Geografia e Estatistica). 
La région est vallonnée, avec des reliefs d’environ 1200 mètres d’altitude. Comme beaucoup de régions caféières au Brésil, les plantations sont rarement ombragées. 
Le traitement post-récolte du café traditionnel est la méthode “café nature” : les cerises de café sont cueillies, puis séchées au soleil, et enfin décortiquées. Ce process a été historiquement privilégié notamment du fait du manque d’eau dans les premières régions de culture.



Un engagement pour toujours plus de qualité


En 2019, les primes Lobodis de financement ont été utilisées pour la formation d’agriculteurs sur des thèmes environnementaux tels que : l’interprétation et l’utilisation d’analyses de sols (27 agriculteurs formés) ou encore la plantation d’arbres dans des zones de protection des bassins versants (14 agriculteurs formés). Nous avons également financé la participation de Gilberto et Maria Batista de Azevedo, vice-présidents d’Assofe, au salon professionnel World of coffee en Juin 2019. Ceci leur a permis de promouvoir leurs cafés et de gagner en visibilité à l’international.

Voici d’ailleurs ce que me confiait récemment Gilberto à propos de cet évènement : " Le fait de voir des gens déguster des cafés de différents pays producteurs montre à quel point le marché des cafés de spécialité est compétitif et chaque année, les producteurs doivent s'engager davantage dans la qualité et être attentifs à ce que le marché demande. J'ai été très heureux de voir qu'ASSOFÉ est sur la bonne voie et que notre qualité est excellent, même si nous devons continuellement nous améliorer".