Les métiers du café:qu'est ce qu'un importateur de café ?

Peu connus du grand public, et rarement mentionnés par les torréfacteurs, les importateurs de café sont pourtant des acteurs indispensables de la filière café ! Comme son nom l’indique un importateur est celui qui va importer le café vert, le stocker et le vendre aux torréfacteurs.Chez Lobodis, nous ne choisissons pas les importateurs au hasard ! Ils sont de véritables partenaires qui comme nous défendent la qualité produit, une agriculture durable, le savoir-faire des producteurs et l’identité des terroirs.

 

L’export et l’import de café : deux étapes charnières dans les chaînes d’approvisionnement.

Le café ne pousse pas en France métropolitaine. Pour l’acheminer, de nombreuses étapes aussi bien logistiques qu’administratives sont nécessaires. 
En effet, bien que le marché du café soit international et encadré par des contrats valables dans le monde entier, chaque pays possède son propre système législatif et donc ses propres contraintes à l’export. De l’autre côté, l’Union Européenne est un marché particulièrement réglementé : aucune marchandise ne peut être importée sans apporter la preuve qu’elle répond aux normes communautaires. Les exportateurs et les importateurs ont donc la charge de regrouper tous les documents nécessaires pour prouver que les lots de café transportés d’un pays d’origine à l’UE répondent aux normes adéquates. 
Une fois la liasse documentaire récupérée, les opérations logistiques commencent. La grande majorité du flux de café international est transporté par fret maritime, c’est-à-dire par porte conteneur. L’enjeu est donc de trouver une place sur un bateau dans les délais impartis. Pour le transport, le café est généralement conditionné dans des sacs en toile de jute de 60 à 70 kg empilés à l’intérieur de conteneurs de 20 pieds (6,05 m de long). 

Le suivi des embarquements et le lien avec les compagnies maritimes sont effectués par les équipes logistiques des importateurs. L’arrivée dans un port d’importation (ex : Le Havre, France) et la mise à disposition de la marchandise pour les torréfacteurs sont coordonnées par les transitaires : des sociétés spécialisées en logistique portuaire. Dans leurs entrepôts, la qualité des cafés est contrôlée à l’ouverture du conteneur. Si tout s’est bien déroulé, les sacs sont ensuite mis sur palettes, et rapidement envoyés chez Lobodis, en camion cette fois-ci.
 

Embarquement et débarquement des porte -conteneurs au Havre, port où transite la grande majorité du flux de café international.

 

Faire venir une marchandise d’un pays étranger comporte de nombreux risques :

  • Réception d’un café de qualité inférieure à celle qui a été commandée
  • Dégradation des sacs au cours du transport 
  • Retards de livraison 
  • Annulation des contrats par des producteurs si ceux-ci trouvent des acheteurs plus offrants

Grâce aux relations fortes que nous entretenons avec les producteurs depuis plus de 30 ans, nous faisons très rarement face à ce type de situation.
Toutefois le risque 0 n’existe pas : les importateurs sont donc les acteurs spécialisés dans la gestion de ces risques et ils doivent nous apporter des solutions en cas de problème.

 

Les acteurs de la filière café : qui fait quoi ?

Reparcourons un instant les différents intervenants de nos chaînes d’approvisionnement

Lobodis, les acteurs de la filière café
  • Les agriculteurs gèrent le processus de production (récolte, post récolte)
  • Les coopératives collectent le café et préparent les grains pour l’export (tri, élimination des défauts, gestion des certifications etc.). Les coopératives avec lesquelles nous travaillons s’occupent également de l’administration pour l’export (préparation des documents règlementaires, acheminement du café jusqu’au port d’embarquement etc.). Elles jouent alors le rôle d’exportateurs. Cependant, dans certains cas, elles font appel à des bureaux d’exports spécialisés.
  • Les importateurs sont responsables de la logistique internationale et de l’administration des opérations d’import (contrats, gestion des risques financiers et des retards, suivi des bookings avec les compagnies maritimes etc.).
  • Des prestataires transporteurs extérieurs acheminent en camion les sacs de café mis sur palettes dans les entrepôts du port jusqu’au site de stockage du torréfacteur. 
  • Les torréfacteurs récupèrent la matière première (le café « vert ») puis gèrent la torréfaction des grains (l’étape de « cuisson »), avant de conditionner le produit et de le mettre sur le marché

Sourcing café et relations avec les producteurs : qui s’en charge ?

De plus en plus d’importateurs apportent des solutions de sourcing aux torréfacteurs. Cela signifie que ceux sont eux qui créent des filières d’approvisionnement, entretiennent des relations directes avec les producteurs, etc.
Chez Lobodis, nous avons depuis 1988 fait le choix de conserver nos liens en directs avec les producteurs. Les responsables filières Lobodis rencontrent donc les caféiculteurs sur le terrain, choisissent les qualités de cafés, et montent des projets de développement avec eux. 
Les importateurs sont pour nous des partenaires stratégiques. Grâce à eux nos opérations logistiques et administratives sont fluides, et nous permettent de focaliser notre temps sur le montage de projets et l’amélioration d’impact de nos filières.
Chez Lobodis, nous travaillons en partenariat avec les importateurs Maison Jobin, Efico, Touton,Caravela, et Belco.

 

 

Nos engagements et les KPIS

 
  • Nous maintenons des partenariats sur du long terme avec les producteurs et refusons les achats d'opportunité
  • Nous sélectionnons les producteurs avec lesquels nous travaillons et construisons nous même nos filières d'approvisionnement
 
 
  • 66 % de nos achats proviennent de producteurs avec lesquels nous avons un partenariat sur le long terme (> 3ans) et moins de 1 % correspondent à des achats de cafés spots
 
 
  • 8 ans = durée moyenne de nos partenariats 
 
 
  • 100 % de nos achats traçables jusqu'à l'organisation de producteurs
 
 
  • Nous achetons uniquement des cafés de la récolte en cours pour garantir la préservation des arômes
  • Notre cible qualité pour l'ensemble de nos cafés est supérieure à 80/100 sur l'échelle de la SCA (cafés de spécialité). Pas de possibilité de faire des blend avec des qualités inférieures
 
 
  • En 2020, les cafés achetés ont été torréfiés en moins de 7 mois
 
 
  • En 2020, la note moyenne attribuée à nos cafés était de 80,4/100
 
 
  • Nos prix d'achats sont rémunérateurs et comprennent systématiquement une prime de développement
 
 
  • Prix moyen d'achat 1,72 fois > au prix de la bourse sur l'année
 
 
  • +539 K USD versés pour des primes de développement
 

 

 

Partager :

Le vocabulaire du café

> Consulter le lexique du café